Comment déguster un vin ?

Comment déguster un vin ?

Comment déguster un vin ?

 

La dégustation de vin n’est pas l’apanage des professionnels : en partant du principe que celle-ci fait appel aux sens, même les amateurs peuvent réussir leur dégustation s’ils en connaissent au moins les principales étapes et font confiance à leurs impressions. Voici donc quelques conseils et techniques pour déguster un vin dans les règles de l’art !

 

Les robes du vin

 

La vue est le premier sens utilisé pour déguster un vin. Pourquoi les férus de vin contemplent-ils leur verre longuement avant de le boire ? Ce n’est pas pour se donner un genre, mais bien parce que la robe, c’est-à-dire la couleur du vin, en dit long sur son état. Sa nuance va ainsi vous aiguiller sur ce que vous vous apprêtez à boire.

 Pour un vin rouge, si la nuance est violette, cela montre que le vin est jeune, s’il tire plus sur le rubis ou le grenat, c’est qu’il est à son apogée et enfin s’il est vieux, il s’approchera d’une teinte orangée. Pour le vin blanc, une nuance verte caractérise un vin jeune, une couleur dorée, un vin à son apogée et un vin blanc orangé sera aussi plus âgé. En général, les vins de Madiran tirent plutôt sur des teintes de rubis, le Pacherenc du Vic-Bilh doux sur une couleur orangée et le Pacherenc du Vic-Bilh sec a une nuance dorée.

 

Le nez du vin

 

Le nez du vin s’analyse en deux temps : le premier nez consiste à sentir sans bouger le verre et le deuxième nez permet de faire réagir le vin grâce à son aération. Pour sentir un vin, mieux vaut renifler plutôt qu’inspirer ! Aérez-le en remuant le verre quelques secondes pour libérer tous les arômes. Puis, ne prenez pas de grandes inspirations au risque de saturer votre nez, pensez plutôt à humer doucement à plusieurs reprises en bougeant le nez dans votre verre pour déceler toutes les nuances.

Vous pouvez aussi fermer les yeux pour vous aider à vous concentrer. N’essayez pas de vous focaliser sur une odeur en particulier, laissez le mélange d’arômes envahir vos narines. Renouvelez l’opération d’aération du vin si celui-ci ne s’exprime pas suffisamment et que les odeurs restent peu perceptibles. Les vins de Madiran ont des odeurs de fruits rouges et noirs (cerise, mûre, cassis), les Pacherenc du Vic-Bilh secs sentent les agrumes voire les fruits exotiques, et les Pacherenc doux sont proches des notes olfactives de miel, de fruits secs ou confits.

 

Les arômes du vin

 

La méthode la plus courante est de mâcher le vin, voire de faire claquer la langue sur le palais, mais si vous êtes surpris d’entendre siffler quelqu’un qui déguste un vin, c’est qu’il le grume. Ce drôle de mot signifie faire pénétrer un peu d’air dans la bouche tant que le vin y est encore. Pour cela, il faut mettre la bouche en cul de poule, aspirer de l’air (cela agite le vin, le réchauffe et l’aide ainsi à s’exprimer) et souffler par le nez pour que l’air circule et remonte, chargé d’arômes. L’aération du vin permet d’intensifier son goût et de nouveaux arômes peuvent apparaître ou se modifier en bouche. Laissez libre cours à vos impressions pour décrypter les familles d’arômes et les saveurs (sucré, acide, amertume…).

Un dernier conseil pour votre dégustation (qui rime avec modération) : ne remplissez jamais le verre au-delà du tiers, car plus le verre est rempli moins les arômes ont la place de s’exprimer. Pas la peine donc de remplir le verre à ras bord !

 

Grâce à ces notions de base, vous avez de quoi réaliser une belle dégustation !

Conception, Réalisation Winao

Recommandez Madiran